Je le savais, je l’ai su à la minute où le match s’est fini. Ça y est, la série se termine en 6, dis-je après le match numéro 5 à mon chien qui semblait peu intéressé. Le Canadien venait de manger une volée au Centre Bell. J’écoutais la radio, les analystes de la télé et tout le monde commençait à finalement avoir peur des jeunes et affamés Sénateurs. J’avais osé prédire les Sénateurs en 7, au début de la série. Je réalisais après le match 5 que j’avais oublié de prendre quelque chose en considération. Quelque chose qui allait changer le cour de la série.

Je ne suis pas un fan de gardiens, mais je sais que les meilleurs joueurs sont souvent aussi les plus déterminés. Chez le Canadien, c’est le gardien le meilleur joueur, et de loin. Tout passe par lui, le plan de match, la manière dont les joueurs réagissent en situation de match. Il dicte, pour le meilleur ou pour le pire, l’allure de la rencontre. Mais il y a 2 types de personnes dans la vie, ceux qui aiment l’adversité et ceux qui s’en cachent. Cette donnée est encore plus importante pour les gardiens.

J’avais donné la série aux Sénateurs en 7 parce que je ne croyais pas le Canadien capable de caractère. Je pensais qu’une fois au pied du mur les Sénateurs joueraient sans lendemain avec hargne et sans complexe comme ils l’ont fait durant les 2 ou 3 derniers mois de la saison. Mais J’avais prévu des matchs serrés, de la prolongation, des pointages bas. Par contre, je n’avais jamais prévu qu’un vendredi soir, dans leur propre temple, le Canadiens alors là en avant 3 à 1 dans la série se ferait défoncé, humilié et écrasé par ces mêmes Sénateurs.

Les jeunes loups tentaient l’impossible, revenir gagner un série après avoir perdu les 3 premiers matchs. Mais les jeunes loups ont trop poussés, continuant avec la pédale au plancher dans un Centre Bell qui commençait à se vider. Enfilant but après but devant des Canadiens désemparés, le triste spectacle se solda par une défaite de 5-1. Mais plus important encore, les jeunes loups avaient réveillé la bête.

2 jours plus tard, alors que la nervosité chez les fans comme chez les joueurs était palpable, dans un match 6 ayant des allures de match 7, Carey Price ferma les livres par jeu blanc dans une victoire de 1-0 contre les Sénateurs. Les jeunes loups étaient affamés semble-t-il, le nouveau Roi l’était encore plus. Place à la deuxième ronde!